Inventer le socialisme du 21 ème siècle

Il est temps pour la gauche française de se rappeler que 2008 reste une date importante puisqu’il s’agira de l’anniversaire du 8 mai 1988 qui voyait François Mitterrand réélu à la tête de l’Etat à 54 %.

 

Il faut donc remonter vingt années en arrière pour voir la gauche être majoritaire à l’élection présidentielle. Cette victoire historique s’était bâtie sur un rassemblement des gauches françaises, débuté 17 ans plus tôt à Epinay.

 

Tout en restant un exemple, le cycle d’Epinay est définitivement épuisé. Aujourd’hui , la gauche française est devant un tournant historique de son évolution où l’unité doit faire son retour et semble donc être de rigueur.

Il est effectivement impératif de reformuler entièrement, et collectivement les orientations fondamentales en un nouveau projet socialiste.

 

Depuis 20 ans, la gauche n’a pas restauré ces idées et son projet, et en ce début de siècle, il est temps de clarifier le socialisme du 21 ème siècle.

Le travail de refondation auquel beaucoup s’attèlent déjà, nécessite un Parti socialiste fort, sans laquelle, toute la gauche est souffrante.

 

C’est à cette condition qu’une véritable rénovation idéologique est possible. Basée sur un héritage commun constitué d’une réflexion autour des thèmes économiques et sociaux du Progrès social ; sur la volonté partagée de transformer en profondeur le système économique et social ; sur l’évolution de questions intégrant toutes les composantes de la société, et notamment la question sociale qui reste toujours entière.

Les idées et combats socialistes se sont élaborés pour mettre fin à la situation, douloureuse, de la classe ouvrière. De nos jours, les " exploités " ne sont plus les simples ouvriers ; tous les membres de la société connaissent un ensemble de problèmes dans lesquels l’égalité est vécue.

La question sociale au 21ème siècle a changé de visage, mais reste au cœur d’un projet de gauche qui à le devoir d’apporter des réponses concrètes pour améliorer le pouvoir d'achat, le cadre de vie et faire face au defi démographique.

 

Intégrer la nouvelle donne de la question environnementale pour construire un développement durable synonyme de progrès social est une des multiples questions que tous ceux qui portent les valeurs républicaines et socialistes du 21ème siècle doivent se poser.

 

Face à la brutalité de la mondialisation, le socialisme doit opposer une idée de progrès social et conserver sa critique au système capitalisme .

 

C’est dans cette logique qu’un mouvement est en train de naître. À l’aide de rassemblements, des citoyens, dont le goût pour la vie politique du pays n’a pas cessé de croître depuis 2002, innovent et tentent d’inventer une nouvelle façon de faire de la politique au-delà des courants internes aux partis. Le point commun de toutes ces discussions, outre le débat est de rendre crédible la possibilité d’une nouvelle perspective politique à gauche répondant aux attentes de millions de français.

 

Des sites Internet, des clubs de discussions, adeptes ou nouveaux pratiquants du militantisme souhaitent que le Congrès du PS entende les souhaits de tous ceux qui portent une critique constructive sur l’état des gauches françaises.

 

Il revient au PS de mettre en mouvement un Congrès pouvant devenir un grand moment de la vie politique française : l’occasion est donnée aux instances du premier parti de gauche en France d’intégrer des débats, des idées de citoyens non encartés, mais néanmoins acteurs du changement à gauche et du PS.

 

Un mouvement, hors des partis, entend donc sonner l’heure du grand rassemblement après les défaites de 1995, 2002, 2007 ; et les lendemains de victoires qui déchantent (2001, 2004). 2008, ne doit pas s’inscrire dans cette dernière logique.